top of page

Ma première expérience en eau libre vers un demi-Ironman


Participer à un demi-Ironman a toujours été un rêve pour moi, un défi monumental que je souhaitais relever. Ce rêve a pris naissance il y a quelques années, lorsque j'étais spectateur de l'Ironman du Mont-Tremblant. Ce jour-là, voir les athlètes sortir de l'eau après avoir nagé dans les eaux sombres du lac m'a profondément inspiré. L'énergie, la détermination et la résilience qu'ils dégageaient m'ont donné l'envie de vivre cette expérience moi-même. Pour me préparer à cette aventure, j’ai dû surmonter plusieurs défis, notamment lors d’une première expérience en eau libre particulièrement mémorable.


Photo : Mehdi Boudjemeline - Triathlon Duchesnay - Marthe Fortin photographe

Un défi révélateur

 

Ma première immersion en eau libre s'est déroulée au milieu d’un lac en Beauce, dans le cadre de ma préparation pour le demi-Ironman de Montréal. Après avoir acquis un peu de confiance en piscine, j'avais décidé de sauter d'un bateau pour rejoindre la rive, sans combinaison isothermique. Ce fut une expérience à la fois éprouvante et révélatrice. L'eau était tantôt glaciale, tantôt chaude, mais surtout opaque, ajoutant une couche de difficulté supplémentaire à cette tentative bien vite regrettée.

 

La sensation de se retrouver en plein milieu d'un vaste plan d'eau, sans repères visuels et sans la sécurité d'une combinaison, était déstabilisante et parfois même effrayante. Dès que j'ai touché l'eau, le froid a saisi chaque muscle de mon corps, me coupant presque le souffle. J'ai rapidement compris que la combinaison isothermique n'était pas seulement un accessoire de confort, mais une nécessité pour maintenir la chaleur corporelle face aux conditions changeantes et imprévisibles de l'eau libre.

 

La distance jusqu'à la rive semblait interminable. Chaque coup de bras me rapprochait lentement de mon objectif, mais les vagues et le courant opposaient une résistance constante. Cette impression de lutte incessante, accentuée par la nouveauté déstabilisante de l'environnement, rendait l'épreuve particulièrement éprouvante. J'ai dû m'habituer à ajuster ma respiration pour éviter de boire l’eau du lac. À ce moment-là, j'ai regretté de ne pas avoir une paire de lunettes de natation adaptée, car la buée m’empêchait de m’orienter de façon efficace.

 

En approchant enfin de la rive, j'étais épuisé mais aussi inquiet pour le triathlon qui n’était que 7 jours plus tard. Cette expérience m'a appris l'importance cruciale de chaque élément d'équipement pour le confort et la sécurité en eau libre. Ai-je aimé ma première expérience? Absolument pas. Cependant, elle m'a donné une leçon précieuse sur l'importance d'une préparation adéquate.

 

Leçons apprises

 

La combinaison isothermique et de nouvelles lunettes de natation allaient être mes prochains achats indispensables. Ils ne sont pas de simples accessoires, mais des outils essentiels pour transformer une épreuve redoutable en une aventure maîtrisée. Cette première expérience, bien que difficile, ne m’a pas détourné de mon objectif. Chaque étape de mon parcours en eau libre est un chemin rempli d’aventures, menant à une nage en confiance et en sérénité.

 

L'équipement adéquat ne permet pas seulement de faciliter la nage; il assure également la sécurité et le confort, permettant de se concentrer pleinement sur la performance. Cette prise de conscience a été un tournant décisif dans ma préparation pour le demi-Ironman, en m’obligeant à m’outiller non seulement physiquement, mais aussi mentalement pour les défis à venir.

 

Ma première expérience en eau libre a été un apprentissage intense et précieux. Elle m’a préparé mentalement et physiquement à affronter les épreuves à venir, avec la certitude que chaque défi surmonté me rapproche un peu plus de mon rêve de participer et de réussir un demi-Ironman.



Mehdi Boudjemeline






163 vues

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page