top of page

Les Nageurs de l'Ashuapmushuan

La persévérance et la rivière


Photo : Chantale Fournier


Paul-André Bouchard paraissait téméraire lorsqu'il a traversé à la nage la rivière Ashuapmushuan située au cœur du centre-ville de Saint-Félicien dans la région du Saguenay- Lac-Saint-Jean. Plusieurs observateurs intrigués se demandaient s'il avait le droit de faire cette traversée et si c’était sécuritaire! Loin d’être téméraire, Paul-André souhaitait simplement partager son plaisir et avec le temps, d’autres nageurs se sont joint à lui pour former le groupe des Nageurs de l'Ashuapmushuan qui célébrera l’été prochain sa 10e saison. Le groupe compte maintenant une quarantaine de nageurs réguliers et plus d'une dizaine de nageurs occasionnels.


Depuis plusieurs années, je rêvais de me joindre à eux pour une traversée et c’est en août dernier que nous avons convenu de nous rencontrer au quai de la municipalité pour la traversée de 17h00. Trois traversées par jour sont offertes, soit une à 10 h le matin, et deux en fin de journée appelées les traversées des travailleurs. Il s’agit d’un tracé de 500 mètres balisé de bouées rouges équidistantes de 100 mètres. Un aller-retour permet de nager une distance totale de 1 km, mais la distance réellement nagée peut être supérieure selon le courant. C’est la première chose qui me surprend lorsque je saute à l'eau. Habituée de nager en lac, je sens le courant qui me pousse à dévier de ma trajectoire et je dois fréquemment la corriger en navigant sur un repère au loin. Un deuxième parcours balisé en jaune suit la berge sur 250 mètres et les nageurs l’utilisent lorsque les conditions sont plus difficiles. Ma deuxième surprise est la couleur de l’eau qui a une teinte de brun très clair. Il me semble nager dans un thé clair sans odeur ni saveur! Paul-André m’expliquera plus tard que ces tannins proviennent des eaux de ruissellement qui lessivent les sols et les racines des arbres avant de se déverser dans la rivière.



Soyez rassurés, la qualité de l'eau de la rivière est exceptionnelle. Elle est testée quotidiennement et le groupe procède à des analyses plus poussées lorsque les résultats physico-chimiques ne sont pas satisfaisants. Chaque jour de la saison, qui s’étend de juin à septembre, Paul-André publie dans le groupe Facebook les conditions de nage, comme la qualité de l’air et de l’eau, sa température, et même sa turbidité et conductivité. Enfin, l’arrivée des oiseaux migrateurs en septembre peut rendre l’eau impropre et le groupe cesse alors ses activités par mesure de sécurité.


Les Nageurs de l'Ashuapmushuan font la promotion d’une pratique sécuritaire et ils encouragent chaque membre à assumer entièrement ses responsabilités et les risques associés à la pratique de la nage en eau libre. Leur pratique est également centrée sur leur valeur principale: l’entraide. En termes d'équipement, le groupe a aussi à sa disposition une embarcation insubmersible nommée NuméroSix. Cette dernière est conçue pour la sécurité des nageurs : échelle pour y monter, hors-bord fonctionnant à l’électricité solaire et muni d’une hélice recouverte d’une cage de protection pour les nageurs, défibrillateurs, trousse de premiers soins, couvertures d’urgence, etc. La barre est haute pour tous ceux qui désirent encadrer la pratique de la nage en eau libre. Je souhaite que d’autres groupes au Québec puissent s'en inspirer.


Photo : Paul-André Bouchard


Ce que j’aime dans le rêve de Paul-André et de ses partenaires de nage, ce sont les actions posées pour assurer le partage de leur passion. Lorsqu’il a cru, il y a dix ans, qu’il était possible de traverser la rivière, il ne s’est pas contenté de le faire seul et de répéter l’exploit. Il a posé des actions afin que d’autres y parviennent et vivent le plaisir et la fierté de faire cette traversée: quelques fois par été ou au quotidien.


Le lendemain de ma première traversée de la rivière, j’ai aussi participé à la traversée au clair de lune qui a lieu une fois par été. Celle-ci réunissait une trentaine de nageurs qui avaient éclairé leurs bouées pour qu'elles soient visibles dans le noir. On pouvait observer le soleil qui se couchait derrière le double clocher de l’église de Saint-Félicien. L’ambiance était festive et le débit de la rivière était très calme. Ce fut un beau moment et plusieurs personnes sont venues encourager les nageurs sur le départ au quai. J'ai pu ressentir la fébrilité de quelques participants qui en étaient à leur première traversée. Même les plus habitués étaient excités à l’idée de nager à la noirceur. Quelle chance ! Je suis heureuse d’avoir réalisé mon rêve de rencontrer les Nageurs de l'Ashuapmushuan comme en témoignent les quelques images que voici :


Les Nageurs de l’Ashuapmushuan n’ont pas fini de rêver. Ils rêvent d’un bassin de nage en eau libre comme on trouve maintenant au bassin Louise à Québec et sur la rivière des Outaouais. Je leur souhaite ! Quand vision et persévérance s’allient pour créer des rêves, je crois que tout est possible.


Marie-Claire Fortin

Fondatrice du site Nage en eau libre Québec, nageuse récréative et passionnée, elle souhaite aider les nageurs à trouver des sites où pratiquer la nage en eau libre en toute sécurité et que les propriétaires qui peuvent permettre des accès soient sensibilisés et embarquent dans le mouvement.


Comments


bottom of page